AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 =SOIREE= [LIBRE]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
ADMINISTRATEUR
Gretel Pinderschloss

avatar

MENSONGES : 203
DATE DE PANDAISON : 08/06/2008

CHECK RABBIT
GENRE: Humain imperméable
GENERATION: NIVEAU B - nuisible
DANGEROSITE EVALUEE A:
95/100  (95/100)
MessageSujet: =SOIREE= [LIBRE]   Mar 17 Juin - 21:00


    19H45. A cette heure ci, la plupart des gens avaient regagné leur logis… Pourtant, les membres de la Corporation, eux, demeuraient dans un perpétuel éveil, donnant l’impression d’une fourmilière…

    La crinière brune roulait doucement contre ses épaules fragiles et frêles. Un sourire carnassier ornait le visage séraphin de la cruelle Virginia Lindberg, assise dans son fauteuil, royale et superbe, tel un félin endormi aux dernières lueurs du jour.
    La jeune femme soupira un instant avant de se replonger dans un dossier.

    Des lambeaux de lumière coulaient contre les murs immaculés du vaste bureau. Par endroit, quelques tableaux de peintres illustres, avant la Grande guerre qui avait ravagé le monde, exhibant des formes abstraites aux multiples couleurs, offrant un ensemble bigarré et des plus singulier. Virginia avait toujours été spéciale quant à ses goûts, surtout du point de vue de l’art, et n’hésitait guère à se ruiner pour des antiquités. Sur un bureau noir, quelques écrins aux formes biscornues s’alignaient successivement, formant un ensemble désordonné d’où ressortait pourtant une certaine harmonie.

    La belle s’avachit un peu plus dans le confortable siège revêtu de velours blanc, tirant une cigarette d’un des tiroirs du meuble d’acajou sombre, s’empressant par la suite de l’allumer. Tandis qu’une petite fumée argentée s’envolait en volutes confus autour d’elle, la dirigeante pris une feuille du rapport qui s’étalait devant elle. Un rapport d’autopsie plus précisément… La jeune femme vrilla les quelques lignes de ses prunelles couleur d’or en fusion, avant de fermer un instant les yeux, comme éreintée.
    Depuis combien de temps n’avait t’elle pas émergé des ténèbres ?
    Depuis quand ? Depuis quand n’était plus sortie… pour prendre du bon temps ?
    La cigarette se consumait lentement, et quelques cendres vinrent s’écraser contre le bureau. Puis la porte s’ouvrit.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
ADMINISTRATEUR
La démence est un art -
Heathcliff Fletcher

avatar

MENSONGES : 357
DATE DE PANDAISON : 16/07/2007
LIEU DU CRIME : WC - cuvette déjà bouchée. On y enfourne la vilaine caboche, on appuie et on évite un coup de pied mal placé, ou une petite menotte baladeuse.
ARME FAVORITE : Dents.
CIBLE FAVORITE : Jeune demoiselle en détresse.

CHECK RABBIT
GENRE: Traqueur
GENERATION: NIVEAU B - en latence
DANGEROSITE EVALUEE A:
95/100  (95/100)
MessageSujet: Re: =SOIREE= [LIBRE]   Ven 20 Juin - 19:11


    La porte s'ouvrit sans donner le moindre signe qu'un être puisse s'introduire dans la pièce. Rien, sauf le bruit grinçant et ferrailleux de cette entré somptueuse du bureau de la plus cruelle et pourtant... Seule femme, qui aurait pu dompter ce jeune homme frêle à l'allure fuyarde. C'était lui, Nicolaï. Ce brun aux yeux azurs. Cet homme aux traits d'enfant. Son hôte, son maître ? N'est rien d'autre que cette petite brune qui s'avère être sa supérieure. Elle le connaît mieux que quiconque le pourrait. Et pourtant… Il la hait. Mais de cette haine qui l’empêche de pourtant vivre sans elle. Elle est son pilier ? Peut être même plus à dire vrai. Il n’a aucun respect pour elle, et cet acte, une fois de plus le prouve sans nul doute. Pourtant, elle semble ne pas lui en porter rigueur. Ou très peu ? Une relation houleuse les enchaine. Mais comment ne pas aimer ce faire la guerre ?

    Il entre, pénètre dans le bureau de sa démarche parfaite. De ce rythme de dandy, droit, sec, rapide, sans faille. Ce qui, pourtant, ne s’avère être qu’apparence et vertige intérieur. Elle le sait ? Oui, il n’en doute pas. Pourtant, il n’arrive pas à s’ouvrir même à elle. Emprisonné dans sa rage et son mal être. Fermant la porte cependant avec délicatesse. Il pose ses mains sur la surface et ferme toutes ouvertures possibles. Un sourire mutin vient se déposer sur ses lèvres minces. Ses yeux pétillent, mais son âme hurle et s’agrippe sauvagement à son esprit. Il s’appui finalement contre la porte et ne bouge plus. Fixe, sage, infranchissable. Il attend, patiente qu’elle lui dise quelque chose. Il semble ailleurs, et pourtant bien avec elle. Virginia, fabuleuse harpie ayant entre ses mains la conscience, l’âme tout entière de ce jeune cinglé.

_________________
      I'll forgive and forget.
      Before I'm paralysed.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
ADMINISTRATEUR
Gretel Pinderschloss

avatar

MENSONGES : 203
DATE DE PANDAISON : 08/06/2008

CHECK RABBIT
GENRE: Humain imperméable
GENERATION: NIVEAU B - nuisible
DANGEROSITE EVALUEE A:
95/100  (95/100)
MessageSujet: Re: =SOIREE= [LIBRE]   Dim 29 Juin - 18:14


    La jeune femme soupira lentement, et l’éclat de ses prunelles sombres et maléfiques se porta sur son protégé. Un long moment, la belle demeura là, indécise, dardant son œil assassin sur l’être extrême qu’était Nicolaï. Longtemps, elle avait appris à se méfier de lui, et pourtant, quelque chose d’étroit unissait ces deux créatures à l’esprit retord, malade, rongé par des fantasmes de pouvoirs et de destruction, d’une telle sorte que Virginia n’avait jamais pu se débarrasser de lui.
    C’aurait pourtant été si aisé…
    Mais, quelque chose paraissait vivre en lui. Un espoir. Une illusion. L’aboutissement d’années de prières, ou quelque chose de ce genre.

    Ses yeux couleur océan semblaient la narguer, de la haut, et si son air avait quelque chose de séraphin, ses yeux à cet instant, ne trahissait qu’un superbe mépris empreint de haine.
    Comme… deux fauves qui se traquent, et qui, inexorablement devront bientôt se confronter, l’un à l’autre.

    « Un problème, peut être, Nicolaï ? »

    Oh, non, ce n’était pas l’une de ces voix féroce, glaciale, l’un de celle qui font courrir des frissons dans vos dos ; non, le timbre de cette voix était presque naturel, légèrement grave, un peu comme celui d’une amoureuse, qui parle à son amant. Une ombre de sourire se découpa sur ses lèvres pulpeuses, cinglant de cynisme. Chassez le naturel, il revient au galop… Et bien oui, à près tout, rien ne pourrait ôter à la triste créature son aspect… « dangereux ? » Telle l’étiquette posée soigneusement sur un produit nocif, et que son charisme ne parvenait pas à effacer.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité


MessageSujet: Re: =SOIREE= [LIBRE]   Dim 29 Juin - 18:30

Que dire d'autre mis à part qu'en me rendant ici je me jette
dans la gueule du loup? Je pourrais chercher des heures une raison qui m'aurait emmené ici, mais il s'avère que la seule et le simple fait que je voulais visiter.
En y repensant, je voulus m'éclater le crâne contre le mur le plus
proche, acte que je refoulais immédiatement puisqu’un mur comme celui là ça fait mal...

J'entendis plus loin une porte s'ouvrir dans un horrible bruit de ferraille.. Ils
devraient penser à les huiler, c’est relativement horrible. Emporter par ma
curiosité je suivis le bruit, sans plus me soucier de quoi que se soit. Personne dans la Corporation ne connaissait mon visage de toutes manières, ils ne connaissent que mon nom et mes actes… Donc si je me démerde bien je devrais pouvoir m’en tirer facilement. Par contre eux risque de se demander ce que je fou là en pleine nuit… Et surtout comment je suis rentrer…. Faudra être convaincant.


Deux ou trois minutes plus tard, je trouvais la dite porte, fermée… Doucement je m’approchais et collais mon oreille contre la surface
glacée du métal, tout en retenant mes cheveux pour qu’ils ne recouvrent pas mon appareil auditif (autrement dit mon oreille) et, de cette façon, ne nuisent pas au son provenant de l’autre coté.



N’entendant rien de particulier, je décidais d’entrer… Sauf que évidemment cette putain de porte semblait difficile à ouvrir, je poussais un grand coup... J'entendis un cris, deux cris?! J'osais ouvrir mes yeux qui s'étaient fermés, et qui voulaient le rester... Deux... Ouais, un mec par terre avec des allures de gamins, et une femme tranquillement assis dans un espèce de trône. Je leur souris et fis un petit signe de la main, en pensant a ce que je pourrais bien baratiner....


Dernière édition par John Cephalic le Dim 29 Juin - 18:53, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
ADMINISTRATEUR
La démence est un art -
Heathcliff Fletcher

avatar

MENSONGES : 357
DATE DE PANDAISON : 16/07/2007
LIEU DU CRIME : WC - cuvette déjà bouchée. On y enfourne la vilaine caboche, on appuie et on évite un coup de pied mal placé, ou une petite menotte baladeuse.
ARME FAVORITE : Dents.
CIBLE FAVORITE : Jeune demoiselle en détresse.

CHECK RABBIT
GENRE: Traqueur
GENERATION: NIVEAU B - en latence
DANGEROSITE EVALUEE A:
95/100  (95/100)
MessageSujet: Re: =SOIREE= [LIBRE]   Dim 29 Juin - 18:40

    [champi sache que nicolaï est contre la porte. Soit dure d'entrer ^^, j'éditerai une fois que tu l'auras fait.]


    Nicolaï attend toujours, et dévisage son interlocutrice sans une once de remords. Il aime à regarder ses traits naturellement expressifs. Il sait lire ce qu’elle peut penser. Ce qu’elle compte faire. Et cela lui plait. Le jeune homme ne bouge cependant nullement. Il n’ose pas. De peur de rompre à jamais ce silence si délicieux dans pareil endroit. Sa respiration se fait plus courte et ses doigts tremblent. Lorsqu’elle est près de lui ? Il n’a plus besoin de cacher quoique ce soit. Elle ne le connaît que trop bien. Jouet de cette vénus chaotique. Il ne tente rien, il ne fait rien. Tout ceci ne servirait à rien. Se laissant glisser le long de la paroi sur laquelle il était jusqu’alors appuyé. Il demeure inexpressif. Son visage aux traits séraphins ne dit plus rien. Soudain, après s’être jugés, jaugés, observés. Le tueur semble entendre un son. Une voix. Oui, c’est elle, sa voix douce et langoureuse qu’il aime à écouter raisonner dans sa tête. Il est immature ? Peut être un peu. Malgré ce qu’il a jusqu'à maintenant découvert, face à elle, il ne reste qu’un enfant maladroit et obéissant. Il n’arrive pas à se défaire de son étreinte. Un étau plus fort que tout l’enchaîne impassiblement, inlassablement.
    « Je voulais te voir. »

    Sa voix est étouffée et ses battements de cœurs se font plus rapprochés. Il n’a aucune autre raison de venir l’importuner. Nicolaï a tout ce qu’il désire. Le pouvoir, l’argent… Rien n’est trop beau et au dessus de sa portée. Cependant, il ne peut s’empêcher de revenir au début. Au commencement de tout. Et son éveil c’est elle. Virginia Lindberg, créature insaisissable et impénétrable. Il baisse les yeux pour les stopper sur le sol de la pièce. Il est assis et attend qu’elle l’accepte. Qu’elle le laisse l’atteindre. A cette heure, il devrait être déjà chez lui. Seul et désenchanté. Mais aujourd'hui, il ne peut pas. Nicolaï a tenté de resister. Mais il n'a pas réussi, son envie de venir en devenant obsédante. Il n'arrive plus à dormir, plus à manger. Et l'on peut voir cette résistence qui sur son corps s'avère néfaste. Ses yeux sont rougies par le manque de sommeil, autours, ce ne sont plus des scernes mais des marques noirs. Il est blanc, mais avec la pénombre ambiante, ceci se fait plus discret. C'est un junkie. Il le sait, elle le sait. Mais ses drogues ne semblent pas combler complètement son manque... Finalement, il ne comprends pas comment ni pourquoi. Mais quelque chose le pousse vers l'avant. Il glisse sur les dalles froides et tiens déjà entre ses mains une arme chargée et prête à être utilisée. Le prenant en joue, voilà l'ordure qui vient d'intérompre violemment sa visite. Il se relève ou plutôt bondit, furieux, en ne faisant appel qu'a ses muscles des cuisses. Fusillant du regard l'avorton à l'allure d'un dracula SDF. Il le nargue de bas en haut. Car c'est à ce moment qu'agie, sans qu'on ne puisse rien y faire, la rivalité masculine. Ils sont deux opposés.
    "Qui t'as autorisé à entrer en ce lieu... "

    Prenant son temps pour finir sa phrase, il le dit d'un ton strident, froid, glacial. Imperturbable. Si il avançait, la balle fuserait dans on corps blafard.
    "Pilleur..."

    Il insista d'un air haineux et sans aucune gène sur ce dernier mot. Ses yeux azurs devenant plus méprisants et argneux qui jamais.

_________________
      I'll forgive and forget.
      Before I'm paralysed.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité


MessageSujet: Re: =SOIREE= [LIBRE]   Dim 29 Juin - 19:21

Gosh!!! Comment il sait lui!!! Je ne l'ai pourtant jamais menacer...
Bizarre... Enfin on réfléchira à ça plus tard, là tout de suite y'a un flingue pointer sur moi qui m'encourage à mentir très vite et très intelligemment. Et après ça veut qu'on soit gentil avec eux.

Prenant un air désolé, je m'inclinais rapidement sans quitter des yeux son arme qu'il tenait fermement. Il a du cran le gamin, ou peut être stupide... Enfin sur le moment ce n'étais pas vraiment à moi de parler de stupidité, je m'étais jeter dans la gueule du loup comme un abrutis, avec pour seul raison l'envie de visiter les lieux. Je lui souris néanmoins et lui répondis calmement et d'un ton très professionnel:


"-Range ton arme gamin. Je m'excuse pour le désagrèment, j'ai cru que la porte était défaillante."

Puis pour évacuer tout soupçons sur mon bord je lui dis d'un ton dur et sec, ne laissant place à aucuns doutes:


"-Fais attention à ce que tu dis, si je t'ais déranger pendant que tu fesais la cour a la demoiselle qui te fait éjaculer toutes les nuits cela ne te donnes pas le droit de te prendre pour un de ces héros à la con qui finissent toujours par crever lamentablement. Alors je me répète petit, range ton arme avant de te blesser, ou au pire de blesser quelqu'un d'autre."

Je me tournais alors vers la demoiselle et lui dit plus calmement:

"-Excuser moi, je suis le nouveau concierge et l'on m'a demander de venir vous voir pour que vous m'expliquiez en quoi consiste mon contrat."
Revenir en haut Aller en bas
ADMINISTRATEUR
Gretel Pinderschloss

avatar

MENSONGES : 203
DATE DE PANDAISON : 08/06/2008

CHECK RABBIT
GENRE: Humain imperméable
GENERATION: NIVEAU B - nuisible
DANGEROSITE EVALUEE A:
95/100  (95/100)
MessageSujet: Re: =SOIREE= [LIBRE]   Dim 29 Juin - 20:54

    Quelle était donc cette visite… inopportune ? Un nouveau concierge ?

    « Vraiment… »

    Avait t’elle le souvenir d’avoir poliment congédié l’ancien, à moins que ce dernier n’aie pris sa retraite… N’étais ce pas pour le moins… incongru ? Virginia observa un long moment Nicolaï.
    Dans son poing, ce petit 9mm, chargé, qui n’attend que de délivrer une rafale meurtrière. Et puis au fond, Virginia avait beau prétendre connaître le jeune homme, était t’elle vraiment persuadée qu’au fond… il ne retournerait pas un jour l’arme contre elle ? Ses yeux, deux poignards insensibles, semait la confusion. La cruelle dirigeante posa sa cigarette, lentement consumée dans un cendrier de porcelaine immaculée, tandis qu’au loin, le tintement lourd d’une horloge fixait 20h, se conjuguant au vrombissement d’une sonnerie de portable. Pourtant, Virginia ne décrocha pas son portable, naviguant d’une silhouette à l’autre.

    Un geste un rien nerveux scinda l’atmosphère aussi surchauffée que celle d’un bar, intimant à Nicolaï d’abaisser son arme, illustrant un « Pas de sang ici ». De toute manière, elle aurait tout son temps pour tenir à l’œil son nouveau concierge.

    « Et… Qui vous a embauché ? »

    Son sourire, radieux, pareil à celui d’une gamine heureuse, dévoilait une rangée de petite dents carnassières.



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
ADMINISTRATEUR
La démence est un art -
Heathcliff Fletcher

avatar

MENSONGES : 357
DATE DE PANDAISON : 16/07/2007
LIEU DU CRIME : WC - cuvette déjà bouchée. On y enfourne la vilaine caboche, on appuie et on évite un coup de pied mal placé, ou une petite menotte baladeuse.
ARME FAVORITE : Dents.
CIBLE FAVORITE : Jeune demoiselle en détresse.

CHECK RABBIT
GENRE: Traqueur
GENERATION: NIVEAU B - en latence
DANGEROSITE EVALUEE A:
95/100  (95/100)
MessageSujet: Re: =SOIREE= [LIBRE]   Dim 29 Juin - 21:30

    Le jeune Nicolaï serra les dents autant que les poings. En plus d’avoir l’air d’un lépreux mal lavé. Ou… était-ce l’inverse ? Il le prenait pour l’un de ces minables. Vraisemblablement, il ne savait pas à qui il s’adressait. Son supérieur… Et le lorgnant du regard de bas en haut. En tout. Sourire triomphale sur le visage. Il était tout ce qu’il peut y avoir de plus lamentable. Soudain, voilà que l’homme au visage blanc et aux yeux de fouines se mit à fournir un discourt plus ou moins ambiguë et parfaitement abjecte. Détournant le regard sans prendre la peine de répondre à l’avorton. Virginia ne voulait pas de ça ici. Ou en tout les cas, pas maintenant. Qu’il en soit ainsi. Mais un pas de travers et le vieux maigrichon se prenait une balle dans les rotules, voir plus haut si nécessaire. Abaissant son arme, le canon vers le sol. Il n’allait pas la ranger pour autant. Finalement, c’est quand il entendit les dernières assanités de ce dernier qu’il ne pu se retenir encore d’avantage. Et rien n’y personne ne pouvait l’arrêter. La dominance masculine très certainement. Cet âge qui anime chacun de ses mâles en trop pleins d’hormones.
    En moins de temps qu’il n’aurait fallu pour le dire. Il était imprévisible le petit brun aux allures angélique. Imprévisible et dangereux.
    Ces gestes étaient mécaniques, il était déjà derrière l’homme sans nom et lui assaini un coup sec et rapide. Puissant et horriblement vicieux. En pleins dans le bas du dos, les pieds éclatant ses genoux par derrière pour l’obliger. Même si ce ne fut qu’un instant à s’abaisser plus bas que terre face, dans cet endroit où il n’avait aucun droit. Nicolaï avait profité qu'il laisse divaguer son regard sur la belle pour se vanger en toute impunité.
    « Fait attention à qui tu parles enflure. »

    Il le fusillait du regard, de son regard de glace. Froid et sans âme. Son visage n’exprimait aucun sentiment. C’est à cet instant que l’on pouvait remarquer l’animalité de ce dernier. Il avait perdu contrôle de lui même. Comme bien souvent d'ailleurs.
    "Concierge de mes deux."

    Cet inconnu ne connaissait rien de lui et se permettait de l'appeler petit. Alors... Qu'en réalité, qui des deux avaient déjà vécu les plus odieuses choses ? Il avait désobéit à Virginia Lindberg. Il s'en voulait. Un peu. Légèrement...

_________________
      I'll forgive and forget.
      Before I'm paralysed.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
ADMINISTRATEUR
Gretel Pinderschloss

avatar

MENSONGES : 203
DATE DE PANDAISON : 08/06/2008

CHECK RABBIT
GENRE: Humain imperméable
GENERATION: NIVEAU B - nuisible
DANGEROSITE EVALUEE A:
95/100  (95/100)
MessageSujet: Re: =SOIREE= [LIBRE]   Dim 29 Juin - 22:13


    Elle était gourmande de cette violence, cette femme poupée.
    Mais ses caprices n’étaient plus assouvis. Pas même une tâche de sang, pas même un rictus de douleur, pas même un gémissement ou un regard suppliant. Comme tout cela était monotone et décevant. Les doigts de la belle jouaient avec un petit crayon noir, qui dansait doucement, ivre de tourner, tourner, et toujours tourner… Mes les clous noirs et incandescents, eux, se portaient sur son protégé.

    Les yeux de Nicolaï possédaient d’étranges reflets, ces mêmes changements qui avaient toujours fascinée la belle. A vrai dire, c’était l’une des premières choses qu’elle notait chez quiconque. D’un azur flamboyant. Perçant. Magnifique et déroutant. Pourtant, en ce moment même, des nuances saphir électriques se mêlaient à un éclat pervenche.
    Non, il n’était pas seulement beau ou séduisant.
    Il débordait de fierté et d’arrogance, plein de superbe, mais après tout, comment lui reprocher ? Il avait tout pour lui, il décrochait les cœurs les un après les autres, comment l’ignorer ?

    Semblable à un chat, lovée dans son fauteuil, elle attendait, sa réponse, mais surtout, sa réaction.


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité


MessageSujet: Re: =SOIREE= [LIBRE]   Lun 30 Juin - 12:19

Je haissais déjà la corporation avant, mais la je commençais à haïr les gamins qui la composaient. Il se mit dérrière moi et avec autant de lacheté possible me frappa dans le bas du dos, ainsi que dans les genoux. Je sentis un ématome ce former dans mon dos mais étant d'un naturel fière, je n'en laissais rien paraitre. Mes genoux ne se plièrent pas, ou du moins pas asser pour être remarquer, hors de question de me retrouver abaissé au niveau de ce gamin, qui d'ailleur me donnait une véritable envie de le faire souffrir. Mais je n'étais pas spécialement en position de faire quoi que se soit. Ce n'étais pas ces deux là qui m'inquiétaient, mais la véritable armée qu'il y'avait dérrière.

Le tout pour s'en sortir était de respecter la demoiselle, et de pourrir le gosse, comme ça elle m'appréciera peut être, dans le sens ou je serais un concierge qui à du mordant, et qui ne se laisse pas faire sans pour autant perdre le controle de lui même.
Ainsi donc je me retournais vers le salle gosse et lui prit son arme violament, sans le frapper ni rien, sauf bien sure qu'il avait opposé de la résistance donc il fallut lui couper l'arrivé du sang dans sa main en préssant les veines du poignet. L'arme en main j'eu envie de le tuer, chose qu'il dut remarquer dans mes yeux avant bien sure que je me reprennes.

J'avançais vers la demoiselle et lui donna l'arme, tout en m'inclinant pour flater sans ego, pour une fois que ce n'étais pas le mien.


"-Faites attention Mademoiselle à qui vous donnez la responsabilité de tels objets, certains non pas la même vivacité d'esprit que vous."

Reformulation de la même phrase dans ma tête: Confisquer lui cette putain d'arme avant que je lui enfonce dans le cul!!!!
Revenir en haut Aller en bas
ADMINISTRATEUR
La démence est un art -
Heathcliff Fletcher

avatar

MENSONGES : 357
DATE DE PANDAISON : 16/07/2007
LIEU DU CRIME : WC - cuvette déjà bouchée. On y enfourne la vilaine caboche, on appuie et on évite un coup de pied mal placé, ou une petite menotte baladeuse.
ARME FAVORITE : Dents.
CIBLE FAVORITE : Jeune demoiselle en détresse.

CHECK RABBIT
GENRE: Traqueur
GENERATION: NIVEAU B - en latence
DANGEROSITE EVALUEE A:
95/100  (95/100)
MessageSujet: Re: =SOIREE= [LIBRE]   Mar 1 Juil - 0:08

    Nicolaï n’avait pas fléchi, il était resté tout ce qu’il y a de plus teigneux. Dure et froid. Il n’allait pas se laisser infliger de sermon par ce vieux lent et moue. En voyant le geste venir, étrangement, il ne fit aucune résistance quand l’homme serra son poignet pour lui prendre l’arme. S’amusant, certes, ne serait-ce qu’un petit peu. Un jeu futile et enfantin. Il lâcha la prise pour laisser l’homme fière de lui s’approcher de sa belle, avec sa merveille petite arme. Pensait t'il sincèrement qu'il n'avait que ça sur lui? Pitoyable au possible. Il pensait aussi que cette arme était arrivée en sa possession rien qu’avec la force mise sur son étreinte ? Un sourire narquois illuminé le visage du jeune homme, alors que le sans abri aux cheveux longs et horripilement soyeux lui fit dos sans plus de remords que ça. Le tueur avait envie de voir la réaction de sa supérieur. Il avait envie de voir à quel point il n’imaginait pas ce dont elle était capable de faire et de dire et ça, sans une once de haine, ni même de sentiments, tout simplement. Elle pouvait laisser sortir de sa bouche angélique, les pires insultes, sans que quiconque puissent les prendre comme tel. Hilarant. Vraiment.

    Fourrant les mais dans les poches, et baissant la tête pour observer du coin de l’œil, dans cet arrière plan qu’il apprécié. La scène qui se déroulait sous ses yeux ardents, démoniaques. Il aimait à juger et analyser les inconnus, pour en soutirer un nombre d’informations si subjuguant, qu’il pouvait presque en connaître la personne par cœur. Ce mec pensait t’il réellement qu’il n’était qu’un gamin ? Lui. Tueur a 13 ans. Issus de manipulations en tous genres, et d’un entrainement si intensif et violent, que seul la moitié des membres parvenaient à s’en sortir ? Pensait t’il pouvoir ne serait-ce qu’un jour voir l’enfer dans lequel il avait vécu jusqu’alors et que seuls ses rêves les plus monstrueux pouvaient révéler ? Soupirant. Toujours de la même allure hautaine et suffisante. C’était un mélange entre un petit rire étouffé et un soupir d’affront. Montrant à quel point il pouvait être ignorant. Soit. Le jeune junky s’avérait… Arrogant ? Oui, parfaitement. Et en toute impunité, sans prendre de gants. Mais pourtant gardant une classe certaine… Alala… Dérivant son regard du dos noir de ce dernier pour plonger ses grands yeux bleus dans ceux de Virginia. Il pensait, oh comme il pensait… Ce gros lard était tellement ignorant et vulgaire, que Nicolaï ne pouvait porter sur lui qu’un jugement extrêmement cinglant, qu’il fit part sans plus attendre à sa sombre maitresse. Toujours ce petit sourire en coin sur son visage aux traits mutins.

_________________
      I'll forgive and forget.
      Before I'm paralysed.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
ADMINISTRATEUR
Gretel Pinderschloss

avatar

MENSONGES : 203
DATE DE PANDAISON : 08/06/2008

CHECK RABBIT
GENRE: Humain imperméable
GENERATION: NIVEAU B - nuisible
DANGEROSITE EVALUEE A:
95/100  (95/100)
MessageSujet: Re: =SOIREE= [LIBRE]   Mar 1 Juil - 11:49






    La belle observa l’homme, qui la fixait, sans ciller. Peu de personnes osaient, mais lui, il y arrivait.
    Dans sa main, l’arme luisante ; elle savait pertinemment que cette pièce était truffée d’arme en tout genre, des bureaux du tiroirs, jusqu’aux caches dissimulés derrières de petits tableaux. Deux sombres prunelles, d’une forme d’œil de cocker triste, luisantes et presque malsaines.
    La première chose que fit ce petit bout de femme, ce fut d’attraper l’arme tendue. Pourquoi ? Parce qu’elle ne supportait pas de ne pas dominer les scènes, de n’être pas celle par qui tout se fait. Comme…Isis, l’arbitre des trônes… En fin de compte, sentir cette arme noire dans sa paume, c’était presque sécurisant…
    Pourtant, durant ses quelques moments d’incertitudes, la belle étouffa un tic nerveux, se contentant de passer ses doigts tarentueleux dans la crinière brune qui coulait sur ses épaules. (Loréallll) Pourtant, elle ne parvenait pas à desserrer sa poigne de rapace du manche sombre.

    « Ma question. »

    Elle ne semblait même pas avoir entendu ce que l’étranger venait de dire.
    Froide comme un glaçon, impassible comme l’une de ses statue de marbre ancestrale.
    C’était ça qu’elle voulait.

    « Ayez l’obligeance de vouloir obéir et vous pliez à l’autorité… sans quoi… »

    Pas une seule expression.
    Pas un rictus.
    Une menace, largement entendue.

    « Vous ne ferez pas long feu… »

    Seuls, ses doigts, jouaient avec le revolver, invitant presque son propriétaire à venir le rependre… Dans ses yeux, quelques mots, qu’elle cherchait à lui faire deviner. Ici, la loi, c’est nous. On ne ressort pas d’ici sans avoir souvenir de nous.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé


MessageSujet: Re: =SOIREE= [LIBRE]   

Revenir en haut Aller en bas
 

=SOIREE= [LIBRE]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
FEELING :: SAY A JOKE. :: 
d e a t h . p l a c e
-