AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 u.c

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
ADMINISTRATEUR
Gretel Pinderschloss

avatar

MENSONGES : 203
DATE DE PANDAISON : 08/06/2008

CHECK RABBIT
GENRE: Humain imperméable
GENERATION: NIVEAU B - nuisible
DANGEROSITE EVALUEE A:
95/100  (95/100)
MessageSujet: u.c    Mar 23 Aoû - 16:50


« like a lazy ocean hugs the shore»


Madame se promène derrière un balai. Derrière un livre. Derrière les verres fumés. Elle fait un pas de côté, fourre son nez dans des affaires douteuses et baveuses. Le jour, elle swinge avec son matériel de madame-pipi en chantant Sway With Me dans les chiottes de ces dames. Et Konichiwa Bitches lorsqu'elle pousse la porte de celles de ces messieurs. Espérant à chaque fois trouver là, pour chaque partie de son rituel, des ouailles dont elle pourrait tirer les oreilles. Elle roucoule l'une ou l'autre insulte dans un déhanché comiquement gauche et glousse. S'il n'y a personne ? Et bien, elle pince les lèvres, en trou de serrure. Enfourche son balai telle une sorcière qu'elle est, et change de musique. Parfois, c'est du Prokofiev. Et alors, elle a à coeur de bien nettoyer tout en rythme. La cuvette, l'abattan, le sol, la faïence pas très laiteuse ... Tout. Elle sautille et se dandine avec des grands gestes hystériques, rat non point d'opéra, mais de ces bien peu reluisantes commodités discriminatoires.

Le soir, elle atise les feux, et rapporte tous les soirs son lot de commérage dans sa bicoque déglinguée où elle vit seule. Ces derniers temps, la radoteuse a déniché une affaire outrageusement alléchante. Elle parle de trahison, de potence, d'argent, de filles et de drogue. Savante alchimie d'explosion qui ne peut que lui tendre sa frimousse. Ahaaa. Affreuse poursuite de monstres dotés de déambulateurs. Film grotesque sorti tout droit d'une production manquant de crédits. Producteur fauché. Effets spéciaux ratés. Acteurs ratés. Juste un peu d'effroi qui dégouline par leurs pores, et dépose son mucus vénéneux sur leurs chairs putrides. Agaga. Les mots deviennent des sons, s'écorchent langoureusement sur la gorge de la protagoniste. Cette histoire, ça va être de la tarte à l a crême, avec une picotin de marmelade à la figue dessus. Hmmm. Rien qu'à penser à cette vénéneuse histoire, ça ...
Tchac. Ses petits pieds valsent sur le canapé, tandis qu'elle ne cesse de zapper. Le brouhaha confus s'infiltre dans ses oreilles, dans son cerveau, et laisse livre court à la germination d'idées retorses. Sale petite sadique pervers. Son travail, elle oserait le clamer sans vergogne, est un travail d'orfèvre. Artistique chirurgie qui consiste et dépouiller un corps chaud et piriforme de son âme, tout en en tirant le maximum de bénéfice. Tituber sans pour autant tomber à genoux devant LA suprême garce. Ramener la première viande fraîche. Traîner sa carcasse ratatinée jusqu'à ce qui risque de devenir sa maîtresse, et l'observer en gémissant, sale cabot cherchant les restes du repas dans les abats. Encore bon à jeter. Une histoire charmante, qui continue dans les viscères et se clôt par une curée fabuleuse. Une gamine bat des main, applaudit ce spectacle, et s'en amuse.
Tchac. Ses mains valdinguent nerveusement. Qu'est-ce que tu peux demander de mieux, mon lardon ? Elle se pince les joues, sceptique. Peut-être sa ration de drogue, songe la grincheuse. Mais c'est qu'elle ne se drogue pas. Le petit clown barbote. Quelle solution choisir. Commencer ou plonger. Le dilemme est insupportable. C'est une torture. Un glaive sanguinolent qui fouille dans ses trippes comme une charogne.
Finalement, la roublarde petite chose grince des dents en gigotant dans son canapé crevé. On verra bien.
Elle roule par terre. Elle rampe. Elle machouille un bout de plastique entre ses dents. Est-ce là encore l'effet de quelque substance imaginaire sur son jus cérébral ? On ne saurait trop dire, à voir ses grand yeux bleus visqueux, exhorbités. Elle semble foncée, pris pourtant dans les méandres croupis du temps. Ralenti. Inutile bestiole. Aha. Aha. Elle rit dans sa frénétique course impossible. Qu'est ce qu'elle va se marrer.
Elle pense au temps, à la vie, à son boulot. Madame Pipi. Récurer les chiottes, c'est exitant à en mourir. Il faut que ça brille, que ça glisse comme un plat propre. La discrète boniche en est si émoustillée qu'elle change la chaîne sans s'en apercevoir. Et le son d'une dieuse musique de crever des tympans aveugles. Konichiwa bitches, konichiwa. Elle attrape une bouteille de mort subite, enfonce le goulot dans s

uc.
**
- Ouais, c'est exactement ça.
Elle tord sa petite bouche rose, de façon un peu vulgaire. Un peu trop mutine pour le costume ombrageux qui dirige cet entretien. Il se dandine dans son drap de poly-quelque chose, écrase son chapeau de feutre, un peu maladroitement.
- Bon vous m'prenez ? J'suis pas sûre qu'on a vraiment b'soin ces politesses pour une affaire de chiottes, hein.
- Et bien si, l'hygiène du Centre est des plus capitale.
- Vous inquiétez pas, j'ai pas peur des mettres les mains dans la merde.
Elle ricane. Le boudin remue. Acharnaché qu'il est, il semble avoir du mal à respirer.
- Je souhaiterais que vous signiez ceci.
- C'est quoi ?
- Savez vous écrire, Madame ? Lire ? sinon, vous pouvez mettre une croix en bas.

_________________________________________________________________________
NOM : Pinderschloss
PRENOM (s) : Gretel

Si j'étais un animal, je serais un rat
Si j'étais une couleur, je serais un mauve légèrement maron.
Si j'étais une saison, je serais l'automne.
Si j'étais une qualité, je serais l'indifférence.
Si j'étais un défaut, je serais la rage
Si j'étais une ville, je serais un bidonville
Si j'étais un livre, je serais Bouvart et Pécuchet
Si j'étais une boisson, je serais de la Cuvée des troll
Si j'étais
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 

u.c

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
FEELING :: DEAD LIKE YOU ? :: 
t h a t . y o u r . f a c e
-